Après avoir préparé son plan de financement (ici) place à l’étape ultime !

 

Comment présenter son projet ?

 

Votre projet vous l’avez créé, vous le connaissez donc par cœur, et c’est une excellente chose ! Dès que le sujet est maîtrisé, la présentation en est d’autant plus simple. Si comme moi, vous avez été suivi par la BGE, vous devriez en ressortir avec un (gros) dossier, communément appelé business plan. On y retrouve l’étude de marché, la stratégie commerciale, et le dossier financier. Dans mon cas, ce dossier fait 51 pages, et si je peux me permettre la mise en page pique un peu les yeux (désolée quelqu’un se devait de le dire…) et il y a surtout beaucoup de détails, très intéressants, mais difficiles à aborder sur 20mn de présentation. Bien entendu, on ne jette pas ce dossier à la poubelle, on le présente avant chaque comité. Pour être à l’aise à l’oral j’ai décidé de créer mon propre support de présentation, et je vous conseille vivement de faire de même. Cela structure votre présentation et vous oblige surtout à être concis. Généralement, je ramène mon ordinateur au comité pour projeter le support, si comme moi, vous cassez votre ordinateur juste avant une présentation, il vous reste encore la possibilité de l’imprimer.

 

Comment créer un support digne de ce nom ?

 

On oublie les présentations avec 15 paragraphes de texte par page (c’est un tout petit peu relou à lire, et il est souvent difficile de vous écouter et lire le support en même temps) on privilégie l’image et les mots clés ! J’ai choisi de travailler une image simple, minimaliste, et facilement compréhensible. Au diable le superflu ! J’ai donc opté pour des pictogrammes créés spécialement pour l’occasion (j’ai même dessiné un minimoi…)

Je sais… Nous ne sommes pas tous graphiste. Mais par contre si vous possédez le matériel adéquat, vous pouvez opter pour la photo. Dans ce cas l’idée est la même, on essaie d’aller à l’essentiel sur ces photos. Par exemple si on souhaite présenter son espace de travail, avant la prise de vue, on essaie de le ranger un minimum pour que l’espace soit clair, et on évite que Mémé soit posée à l’arrière plan dans le canapé. Et si vraiment, vous n’êtes pas non plus photographe, on peut trouver de chouettes images sur internet. Dans ce cas je vous conseille de rester cohérent dans votre choix de visuels, on ne passe pas de l’illustration minimaliste à la photographie hyper détaillée, on évite aussi les photomontages de licornes qui se roulent dans les paillettes !

 

Quel contenu ?

 

Pour le contenu, voilà ce que j’ai choisi d’aborder: petite page d’accueil avec mon identité visuelle provisoire et les logos des plateformes m’ayant soutenu (synonyme de coucou y a pleins de gens qui soutiennent mon projet !) Puis présentation personnelle, nom, prénom, âge, vos diplômes, vos autres projets etc… Si vous avez monté une association de défense de licorne c’est important de le mentionner, non pas que le sujet soit hyper cool (c’est incontestable), mais cela montre surtout que vous êtes capable de monter des projets et de vous investir. J’ai pas exemple dans mon cas parlé du projet Nousotros, et mes anciens jobs d’animatrice ou formatrice BAFA. Puis j’ai évoqué mes motivations (l’envie de créer son propre travail, vivre d’une compétence et d’une passion…). Après cela, c’est le moment de présenter un peu plus en détails le projet, d’exposer les produits, et c’est surtout l’occasion de ramener des échantillons si vous en avez. Puis j’évoque le marché, la cible, la concurrence et les potentiels partenariats, le mode de distribution, la politique de communication envisagée. Enfin je termine avec la partie financière, le chiffre d’affaire potentiel, le compte de résultat hypothétique, les besoins et les ressources. Je conclus sur mes objectifs à trois ans.

J’ai donc passé une dizaine de présentation avec ce support, et chaque entretien était différent. Certains ont été une véritable réussite, d’autres un peu moins. J’ai bien compris que cela n’intéressait pas tout le monde quand la personne devant moi a commencé à bayer (ou alors elle avait passé une sacré soirée la veille). Un autre jour, la présentation ne s’est pas déroulée comme prévu, je n’ai pas du tout pu suivre mon support, beaucoup de questions et le sentiment que cela partait dans tous les sens sans réel but, et des remarques qui frôlées parfois le dédain. Certes cela tenait à une personne dans le comité, peut être fatiguée de la succession des candidats et finalement malgré mon mauvais sentiment le résultat du comité s’est avéré positif.

Quoi qu’il en soit, on tombera toujours sur des personnes plus ou moins intéressées, plus ou moins à l’écoute, plus ou moins ouverte à l’innovation. Passer outre, on arrive toujours à récupérer de bons conseils, ou de bonnes idées. Donc oui, présenter son projet demande de la préparation, et parfois pas mal de déterminations, mais finalement quand on y croit vraiment et que l’on a correctement réfléchi son projet, les portes finissent pas s’ouvrir sans trop de difficultés. Aujourd’hui je peux vous annoncer que l’on m’a accordé toutes mes demandes de prêt et de subventions, il ne me reste plus qu’à passer l’épreuve fatidique de la paperasse et ça c’est vraiment long ! Mais patience…