Ça y est ! Le processus est maintenant enclenché : en quelques mois je suis passée d’une simple idée à un véritable projet d’entreprise, avec bien entendu une vraie étude de marché et une ébauche de dossier financier (oui, pour moi aussi au départ ces expressions me semblaient barbares…).

Aujourd’hui je souhaite revenir un peu en arrière afin de vous expliquer les étapes de création d’entreprise par lesquelles je suis passée.

  •  Trouver l’idée.

Je ne saurais pas vous dire quand exactement m’est venue cette envie, ni comment, mais je pense que c’est un projet de longue date. Longtemps j’ai rêvé d’avoir ma propre boutique de création, ou de décoration, c’est une idée qui me vient de ma maman je pense. C’était aussi un grand sujet de discussion avec une de mes copines de cours : on s’imaginait dans un bel atelier avec une grande verrière en train de retaper des vieux meubles… C’est longtemps resté un rêve, jusqu’au jour où je me suis dit : pourquoi pas ?

Durant mes études je ne savais pas quelle tournure prendrait ma vie professionnelle, ni exactement ce que je voulais faire, mais je savais ce que je ne voulais absolument pas : travailler dans une grande agence de communication, ou de publicité. Et puis petit à petit l’idée, le concept s’est précisé. C’est certainement aussi en voyant deux de mes amies monter leur entreprise que j’ai compris que cela était possible. C’est sous leurs conseils que je me suis orientée vers la BGE.

  •  S’entourer.

Avoir l’envie d’entreprendre c’est la première étape, la suivante consiste à s’entourer. Parce que, oui on peut trouver des tonnes d’articles / blogs qui parle de l’entrepreneuriat sur internet, mais il faut avouer qu’on est vite pommé dans ce flot d’informations. Heureusement pour nous, il existe de nombreuses associations et réseaux pour nous accompagner dans notre démarche. En fonction de votre profil, si vous êtes un homme ou une femme, avec un projet innovant ou non, jeune ou… moins jeune une foule de possibilités s’offre à vous. Pour n’en citer que quelques-unes : initiatives plurielles, la chambre de commerce ou des métiers, le réseau entreprendre, la BGE, la mission locale… En vérité, là non plus il n’est pas aisé de s’y retrouver, mais le site de l’APCE peut vous y aider. En ce qui me concerne j’ai choisi d’être suivit par la BGE de Lille et Le CLAP qui est un dispositif de la mission locale.

  •  Se former.

Via la BGE j’ai suivi plusieurs formations en gestion, comptabilité, stratégie commerciale… D’ailleurs il n’est pas nécessaire d’avoir une idée bien précise pour se lancer, un des modules de la formation BGE permet d’approfondir une idée ou de simplement en trouver une. Au fil de ces formations j’ai pu découvrir ce qu’est une étude de marché ou encore un plan financier, et j’ai élaboré mon dossier en parallèle (généralement le soir et ça demande pas mal de motivation…)

Je dois quand même vous avouer qu’au bout de la 4ème semaine de formation beaucoup de choses sont redondantes, on pique très facilement du nez. Mais une véritable entraide se met en place entre les porteurs de projet et c’est là tout l’intérêt. On parle de nos expériences, de nos doutes et nos envies, on peut même se créer un carnet d’adresses pour la suite, et ça c’est quand même bien pratique !

  •  Se prendre la tête (un peu…)

En toute honnêteté, même en étant accompagné certaines choses ne sont pas évidentes, voir un poil agaçante… Monter un projet de création d’entreprise demande beaucoup de rigueur, et requiert un nombre de tâches assez impressionnant à accomplir, mais on s’arme de patience et on voit rapidement les premiers succès. Plusieurs fois j’ai eu des avis contradictoires sur des éléments de mon dossier qui m’ont bloqué pour la suite, il faut alors s’armer de patience et aller frapper à toutes les portes pour avoir un maximum d’avis et pouvoir prendre la bonne décision.

Aujourd’hui, j’ai terminé ma formation à la BGE, j’ai passé le jury, et je vais m’attaquer à la partie un peu moins rigolote qu’est le plan financier. Avoir un projet d’entreprise c’est bien beau, mais le financer c’est autre chose… J’ai rendez vous dans le semaine à venir avec mon conseiller afin d’établir un plan d’attaque et je reviens vers vous très vite pour tout vous raconter !